0... 1, 2, 3, 4, 5 c'est parti !

Dans ma page d’accueil, je disais que je pensais que je n’aurais jamais pu écrire si je n’avais pas fait du patchwork. Autant, alors, vous présenter ce que j’ai pu exécuter en patchwork. (Patchwork : assemblage d’une multitude de petits ou grands morceaux de tissus, à la main ou la machine pour en faire des recouvre-lit, tapis, décoration ou tout autre idée que l’on peut avoir).

J’ai, chez moi, une machine à coudre qui date de 1865. Non, vous ne rêvez pas, c’est bien 1865. Une Singer comme il se doit pour l’époque et avec navette (détail important pour ceux qui connaissent l’engin !). Elle est passée dans quatre générations de mains… des mains de mon arrière-grand ’mère - elle était culottière dans l’armée ! - à sa fille, ma grand’mère, à ma propre mère, sa bru, et lorsque je l’ai récupérée… il y a maintenant 40 ans, je m’étais dit qu’un jour j’apprendrai à mes propres enfants à s’en servir…

 Eh bien, ce fut fait : mon fils, comme ma fille s’y sont exercés.

J’ai le souvenir qu’en 5ème au collège où était mon fils, en travaux dirigés, chaque élève devait s’exercer sur une machine à coudre à pédale (j’en ai oublié l’objectif pédagogique !). Lorsqu’il affirma à son professeur qu’il savait déjà en faire, il lui fallut faire une démonstration… résultat… il servit d’aide à son professeur tout le temps de cet exercice (merci maman !). Quant à ma fille, faire travailler jambes et mains en même temps, ce ne fut pas une mince affaire, mais elle y arriva et devint experte en ce domaine… alors lorsqu’elle eut besoin d’une machine à coudre, alors qu’elle était en Suisse, pour ses différents travaux de couture, je ne pus que l’aider à en acquérir une… mais électrique avec menu de points intégrés… enfin, vous voyez, ce n’est pas le même genre. Et bien savez-vous ce qu’elle a fait un jour qu’elle passait devant une brocante… Elle s’est procurée une machine Singer, à navette, plus ancienne que la mienne… en parfait état. Elle n’était même pas à pédale, elle était à manivelle ! Waouh ! Ancrage et nostalgie…

Donc, pour en revenir au patchwork, vous comprendrez qu’il est plus aisé pour moi d’assembler les petits morceaux de tissu à la main. Mon engin n’étant pas très pratique pour ce genre de travail.

Mon premier patchwork fut d’abord un travail à quatre mains : les miennes et celles de ma fille. Je n’en avais jamais fait, elle si. Elle avait l’idée de faire un patch pour sa fille et le modèle qu’elle me présenta me plut. Elle en choisit les tissus, je l’aidai dans ma connaissance de couture. Lorsqu’il fallut faire les animaux, j’avais du velours noir très fin, l’idée fut adoptée. Sa machine moderne, permettant des points fantaisie, put décorer bien à propos les motifs d’animaux rapportés.

Nous étions très fières de notre travail. Regardez comme il est beau ! Vous ne trouvez pas ?

 Et comme toute œuvre d’art a un nom, nous le baptisâmes : JARDIN D’ENFANT.

 

Je ne m’arrêtai pas là. Je me lançai seule dans la création de patch.

Le n° 1 : J’inventai un motif pour m’exercer sur des assemblages. Ils s’avérèrent un peu compliqués pour un début (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?). Finalement je m’en tirai pas trop mal et le résultat me plut. Je le baptisai : FORMES.

 

Le n° 2 : CELTE

Motif inventé, reproduisant le nœud celtique, en cadeau à mon fils et ma bru qui aiment le monde celtique et sa magie

 

Le n° 3 : L’ENVOL

Motif inventé, en forme de ballon dirigeable stylisé, pour marquer le nouveau départ de ma fille et son époux dans notre pays de France.

 

Le n° 4 : GLORIETTE

J’avais des tissus dans des tons de vert, vert-jaune et vert-bleu. Le motif qui me plut et les couleurs des tissus me firent penser à ces gloriettes dans les jardins, sous lesquelles on peut se protéger des rayons du soleil un peu trop forts en été. Un chèvrefeuille, un houblon doré ou une clématite bleue s’y entrelacent et c’est un coin de paradis. Je savais que la maman de mon gendre aimait ces tons et c’est avec un immense plaisir que je le lui offris.

 

Le n° 5 : PRINTEMPS

Le motif du n°4 me plaisait énormément, j’eus l’idée de le reprendre dans d’autres couleurs. Le violine, le rose, le jaune et le vert tendre des tissus que je choisis dans mes réserves me firent penser au printemps. Au début du printemps, c’est également l’anniversaire de ma petite belle-sœur. L’un me fit penser à l’autre et je le lui offris pour son anniversaire.

 

 

Je continue 6, 7, 8, 9...

Le n° 6 : OCEAN

Ce fut une commande d’une amie pour sa fille. Elle avait réussi son bac, son examen d’entrée à l’école d’infirmière et sa maman voulait lui faire une surprise. Je savais qu’elle aimait la mer, l’océan mais n’avait pas forcément la possibilité d’y aller aussi souvent qu’elle aurait voulu… L’idée a fait son chemin dans ma tête… les motifs repérés dans une revue de patch alors qu’elle était venue me rendre visite, les tissus dont la couleur rappelait celle des eaux de l’océan… et le nom fut tout trouvé.

 

Le n° 7 : RUBIS

Encore un cadeau d’anniversaire ! Je voulais faire une surprise à la belle-sœur de mon époux. Pour son anniversaire, j’avais préparé un rébus… j’avais passé deux jours entiers à trouver les dessins pour le rébus dans lequel j’offrais la possibilité d’un choix de motif et de couleurs. Au préalable, je m’étais renseignée auprès de mon beau-frère. Ce que je proposais plairait-il à son épouse ?  « Bien sûr, me répondit-il ». Je lui recommandais de ne pas lui en parler… surprise oblige ! Le jour de son anniversaire, je comptais faire mon petit effet avec mon rébus et le lui tendis sous forme d’un parchemin enroulé. « C’est pour le patch ? me dit-elle ». Ma déconvenue face à une surprise qui n’en était plus une, fut tellement évidente qu’elle s’empressa de me réconforter. « T’en fais pas. Tu sais bien comment il est. Il ne comprend rien aux surprises ! Je suis super heureuse du cadeau. Il n’y a plus qu’à attendre, maintenant… ». C’était le plus grand que j’avais fait jusqu’à ce moment. Et quand je dus faire l’arrière du patch, je n’avais plus assez de tissu pour faire un dos uni… alors je suis sortie des sentiers battus et j’ai innové. Le résultat, vous le voyez.

 

Le n° 8 : IRIS

Chaque fois que je finissais un patch, je le montrais à ma maman. Normal ! On veut toujours avoir l’avis de sa maman. Et comme, malgré son grand âge, elle est encore parmi nous, je m’empressais donc de les lui montrer au fur et à mesure de mes progrès. Alors l’idée me vint d’en faire un pour elle. « Je ne veux plus de cadeau. A mon âge, cela ne sert plus à rien… ». J’avais bien entendu le message, mais lorsque je le lui offris pour ses 89 ans et qu’elle découvrit ses tons favoris : violet-violine-rose et vert tendre, sa joie ne fut pas feinte. La mienne non plus.

 

Le n° 9 : LUNE ROUGE

Encore une commande. Un jour mon fils se renseigna : « Tu ne fais rien en couture en ce moment ? ». Je venais de finir le patch de ma maman et je me demandais ce que j’allais pouvoir commencer comme ouvrage. « Non, rien pour le moment. Tu veux quelque chose ? ». Alors il m’expliqua que le patch que je leur avais cousu était grand, mais pas assez pour couvrir deux dans un lit. Il faisait tout juste la surface du lit. « Un plus grand, alors ? lui dis-je. » « Oui, si tu n’as rien d’autre à faire, me répondit-il ». Ce fut ma bru qui choisit le motif. Les couleurs ? Bordeaux, sable et noir. Le motif avait été tiré d’un petit modèle style japonais. Je convertis, je calculai, je dessinai des patrons… Lorsque j’eus fini l’ouvrage, je trouvai qu’on y voyait une lune… au travers de fenêtres à carreaux.

 

 

 

Je n'arrête pas ! 10, 11, 12

Le n° 10 : COUP DOUBLE

Je me suis fait piéger ! Oui, piéger. J’étais en panne de couture. Je n’avais pas de projet. Chaque fois que je finissais un ouvrage et que j’avais ma fille au téléphone, je lui posais toujours la même question : « Tu veux un patch ? Un plus grand ? Ton mari ? Si c’était lui qui choisissait le motif et les couleurs ? » Je ne vous raconte pas le nombre de fois où je leur ai posé ces questions. Et puis, il y a un an, j’eus le grand bonheur de les avoir à la maison pour trois jours. Je leur posai à nouveau la question d’un nouveau patch, comme ça, n’attendant pas de réponse. Mon gendre me prit au mot, choisit un modèle et me dit : « Celui-là me plaît bien.» Je regardais le modèle. Je n’aimais pas du tout. Mais c’était son choix. « Quelle couleur ? » « Rouge et noir ». Bien me dis-je, c’est toujours mieux que ce jaune pisseux et ce gris délavé. Dans ma tête, je commençais déjà à positionner les couleurs en fonctions du graphisme que je discernais. « Et le dos ? Rouge ? Noir ? » « Non, la même chose, mais à l’envers. » « Comment ça à l’envers ? Tu veux dire, réversible ? » « Oui, c’est ça, réversible ! »… Et me voilà piégée… mais combien heureuse de leur faire un patch. En réalité, ce fut deux pour un… d’où le nom !

 

 Le n° 11 : S A R A H


Comme à chaque fois que je passe quelques jours chez ma fille, j'ai des surprises de couture... Noël était tout proche... à quelques jours, à peine une semaine, et le Père Noël allait descendre avec ses cadeaux. Audrey, ma fille, n'a fait que lui donner un petit coup de pouce...

"Un patch pour ma nièce !, m'a-t-elle dit. J'ai mon idée. Tu vas me donner un coup de mains ?" Et me voilà une fois de plus embarquée dans une de ses aventures de couture... Elle a l'idée, deux mains de plus pour l'exécution et c'est parti ! Le Père Noël était très content du résultat.

Regardez donc ce que cela donne.

N'est-il pas super de simplicité, dynamique de couleurs, ce n° 11 ? !!!

Et le nom de ce travail ? Vous savez que la tradition veut qu'on nomme son travail, non ?... Celui-là était tout trouvé : SARAH ! Le prénom de sa nièce, cela va de soi ! 

    

Le n° 12 : Deux pochettes pour tablette...


Ma fille avait une idée de cadeau pour une amie, fan de Kitty.

Le projet semblait facile... mais non ! n'en croyez rien. Il a fallu six mains pour la concevoir :

- deux mains (celles de mon gendre) pour dessiner "à main levée" le portrait de Kitty sur le tissu

- quatre autres mains (celles de ma fille et les miennes), qui à tour de rôle, ont coupé, cousu, brodé…

Le résultat, vous le voyez… Idée ++  une attache pour une clef USB…

Joli cadeau pour une amie ! Non ?

 

Et puis l'idée a plu...et fait son chemin… Une autre tablette se trouvait orpheline de couverture. Les 6 mains se sont remises au travail et ont continué à œuvrer...

et ce fut le drapeau de l'Union Jack qui surgit pour un autre ami..

 

 

 

 

 

 

 

 

Où cela va-t-il s'arrêter ? 13, 14... oups ! 18

 

Les  n° 13  et 14 :

Bon anniversaire ma chérie !... et bonne fête également !

Quelle idée d’avoir sa fête et son anniversaire le même jour (Oups !...)

Une véranda qui nous donne l’impression d’être en pleine nature… meublée d’un canapé et d’un fauteuil, certes défraichis, mais tellement confortables que cela valait le coup de faire d’une pierre deux coups… : 2 patches qui les recouvrent. L'endroit appelle à la détente et à la décontraction… et l’idée a germé dans mon esprit : voyez le résultat   - malheureusement on ne voit pas les broderies. Les chiffres et tout un cordon de broderies font ressortir les dessins sur les deux patches.

Les noms sont en anglais TIC TAC TOE  et  HOPSCOTCH... mais en les regardant vous devinez le nom des jeux en français !

Ils sont tellement grands qu’on peut aussi s’en servir pour un super piquenique… pourquoi pas ?

 

Le 18 ? Quoi, le 18 ?  me direz-vous. On passe du 14 au 18. Oui et non, je l'ai simplement positionné avec les cadeaux d'anniversaire... entre temps, j'ai effectué d'autres travaux en patch (vous les découvrirez un peu plus bas).

le 18, donc. Le 18... TAHITI

Tahiti pour l'anniversaire un peu en avance de ma belle-soeur Nini et surtout pour lui rappeler un bon souvenir.

 

 

 

Autre  entre-temps ... également de la broderie ... allez faire un tour sur l'onglet correspondant...

 

 

Noël et ses lumières

Le n° 15... Protection rapprochée avec un tour de PASSE-PASSE !

Oui, Noël et ses lumières, Noël qui fait rêver... En tout cas, moi, il me fait rêver.  Quoi de plus merveilleux que de voir les yeux des enfants s'allumer d'étoiles devant les couleurs de Noël !

Les années passent et les enfants grandissent... un calendrier de l'Avent s'ajoute au précédent... et je vous en fais profiter.

Il y eut les petits gâteaux à partager et à offrir aux amis, puis les bottes du Père Noël et enfin les calendriers de l'Avent... Le premier, c'était il y a déjà quatre ans : un essai pour lequel j'ai découvert que les pochettes et les numérotations des jours étaient trop petites. Mais il a bien servi. Le deuxième, cette année, j'ai tenu compte de mes erreurs : les pochettes sont vraiment plus grandes et peuvent accueillir de belles surprises, et les numérotations sont bien voyantes.

Et pendant les fêtes, il y a aussi les repas... qui dit repas, dit table et table à protéger.

Avez-vous remarqué comme il est difficile de bien protéger une belle table en bois ? Alors, cette année, comme cadeau, j'ai imaginé une nappe patch toute simple : un côté dans un tissu japonais coloré, un côté aux couleurs plus sobres dans toujours dans un tissu japonais, juste égayé de broderies au point de chaînette entrelacée ... utilisation double face  et bel effet sur la table !

Vacances, Soleil ou petit vent frais... tout pour se protéger

La maison de vacances, utilisée par moment comme il se doit... qui dit vacances dit de temps en temps, donc la maison de vacances bien que bien aménagée n'offre pas toujours ce que l'on souhaite selon les saisons...

Nuits d’été chaud : la couette est de trop

Nuits d’avril frais : la couette est insuffisante

Quoi faire ?... Le patch est la solution la plus agréable … il remplace les couvertures qui gardent la poussière et permet de changer rapidement d’ambiance.

Je me suis mise au travail. Pour Moliets, six lits… six patches à concevoir….

Les deux premiers des six sont terminé.

Le n° 16 de mes créations... PINEDE !

Le n° 17 de mes créations... PARCOURS !

Le n° 20....... rouge et blanc, aux couleurs de DAX, bien évidemment !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le n°19 ? Quoi de plus simple que de partager un moment en jouant au cartes..

PLAYING CARDS. Bon anniversaire mon Bru ! Tout simple, réversible selon les humeursn cette période d'été, propice à ranger ou à finaliser des ouvrages commencés, ma Bru m'a demandé si je pouvais reproduire un objet qui lui appartenait : une BLAGUE A TABAC qui donnait son dernier souffle. Mais oui, ce n'est pas une blague... Moi qui suis contre le tabac... je n'ai pas pu lui refuser. Mes "Brus" comme je les nomme - Vincent et julie - époux et épouse de mes enfants - je les aime trop pour leur refuser quoi que ce soit ! Alors je m'y suis mise. Elle m'a fait un schéma de l'original et j'ai suivi. Le résultat ?

Le N°20 : BLAGUE

Vous pouvez la découvrir fermée - avec une poche extérieure fermée par une fermeture éclair, ouverte - multipoches et sangles pour papier, tabac...

A la deuxième Blague, je me suis améliorée... Vous ne vous en rendez peut-être compte, mais moi je le sais !

des calendriers de l'Avent... de toutes sortes !

Les fêtes qui approchent ? Les calendriers de l'Avent montrent le bout de leurs trésors... cachés dans des petits sacs.

Du premier essai à celui que je viens de terminer "très écolo" puisque j'ai prélevé un bout de branche dans le grand laurier sauce de mon jardin... les feuilles pourront servir à la cuisine au fil des jours du mois de décembre... Hi ! hi ! hi ! Mais ce ne sera pas le dernier. Je pense que l'année prochaine en verra un autre surgir de... mon imagination. On verra bien !